Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2012

Ils ne se ré-aiment plus

Xavier Bertrand lui-même, sans doute en colère, surtout pas résigné et espérant peut-être en tirer profit semble en avoir plus qu’assez.

Sue BFMTV, il a demandé « solennellement » à ce que François Fillon et Jean-François Copé trouvent dans les jours qui viennent des solutions de sortie de crise.

Les portes paroles apparaissaient somme toute très embarrassés ces derniers jours et de moins en moins loquaces au fil du temps.

Trêve du week-end le temps des législatives partielles, opportune excuse. Mais aujourd’hui plus personne n’y croit et si les candidats socialistes n’ont pas tiré leur épingle du jeu à l’occasion des trois législatives partielles de ce dimanche, c’est aussi parce que rien ne va plus de leur côté non plus.

C’est certainement l’abstention qui une fois de plus va gagner. On verra dimanche prochain avec combien de votants les trois députés concernés sont élus.

Espérons au moins que personne n’aura le mauvais goût de crier victoire.

Dominique Baud

Commentaires

Abstention ou pas abstention, victoire ou pas victoire, dans une compétition, jusqu'à ces derniers temps, c'était toujours celui qui arrivait en tête qui avait gagné ; il semblerait que cela ne soit plus le cas !

Et pourtant, qu'on le veuille ou non, que cela plaise ou non, dimanche prochain, lors du deuxième tour des élections législatives partielles, le candidat ayant recueilli le plus de voix aura gagné, et il ne pourra que s'en féliciter et ceux qui l'auront soutenu avec.

Écrit par : Gaby | 11/12/2012

Répondre à ce commentaire

Bien sur, loin de moi de contester une élection lorsqu'elle est acquise.
Pour autant, rien n'empêche de regretter que l'abstention obtienne aujourd'hui les meilleurs scores ce qui implique le faible score de fait de ceux qui sont élus quel qu’ils soient.

Dominique Baud

Écrit par : dominique Baud | 13/12/2012

Répondre à ce commentaire

Je viens de prendre connaissance de l'éditotial de notre député, Jean-François Lamour, dans son magazine "Quinze", édito consacré à l'élection du Président de l'UMP.

Je suis scandalisée par les propos que ce monsieur ose tenir. Il me semble qu'un homme public devrait s'astreindre à un peu plus de décence et de dignité, mais c'est peut-être trop lui demander.

Écrit par : R.S. | 14/12/2012

Répondre à ce commentaire

De quel droit les parlementaires, entrainés par Bernard Accoyer, s'arrogeraient-ils le droit de remettre en question le vote des militants.

Le 18 novembre les militants, dont je suis, ont voté en masse et ont élu le Président de l'UMP en la personne de JF Copé. Même si le résultat de l'élection a déplu à certains, il est ce qu'il est et j'estime qu'il n'y a pas à y revenir. C'est trop facile !

Par ailleurs, réjouissons-nous de l'élection de trois nouveaux députés, tant pis pour les abstentionnistes !
Finalement, et quoiqu'en disent tous les pisse-vinaigres, l'UMP n'est pas encore au fond du trou !

Écrit par : Bernie | 17/12/2012

Répondre à ce commentaire

J'avoue en effet, qu'après avoir réussi à mon tour à mettre la main sur cet édifiant éditorial, je comprends votre indignation.
Et à plusieurs titres d'ailleurs du moins pour ceux qui ont un peu de recul.
Il est tout de même inouï que ceux-là mêmes qui ont validé pendant des années le fonctionnement de l'UMP, qui en ont décidé, rédigé et voté les statuts, en viennent à les contester le jour où un résultat ne leur est pas favorable.
Si ce scrutin est contestable au point d'en demander l'annulation, je ne comprends pas comment on a pu alors en valider d'autres. Je pense notamment aux élections municipales de 2008 dans le XVème arrondissement de Paris.

Exigence de transparence et de légalité... Ah oui!!!

Dominique Baud

Écrit par : dominique Baud | 18/12/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire