25/11/2013

Et on reparle de la commission d’investiture à l’UMP

En fait de commission d’investiture, les initiés savent qu’il s’agit en réalité d’une sombre chambre d’enregistrement où il n’y a de place que pour ceux du sérail qui se serrent les coudes pour rester dans le système.

On n’y parle ni de travail, ni de disponibilité, ni de service, ni de compétence, ni de bilan.

On s’auto réinvesti, on s’auto congratule….

Rien ne change, ce sont toujours les mêmes qui nomment toujours les mêmes… Ils veulent rester entre eux, plus sûr ainsi que rien ne change et de garder ses privilèges.

Risque de consanguinité !!!! ….hors les liens du sang???... Encore que, à observer de près, on trouve des dynasties… Parents/enfants/frères/sœurs/neveux/nièces/même grands-parents…. A quand la limite d’âge?   Voire des mairies tenues par des couples depuis des années…

Car en effet, en lieu et place d’une commission d’investiture qui recevrait les candidats, écouterait leur projet, voire organiserait une primaire dans la commune ou dans l’arrondissement en discussion, on ne fait que valider des décisions déjà annoncées depuis plusieurs semaines dans la presse.

Sauf que, contrairement à ce que voudrait faire croire le président de la fédération UMP de Paris, tout n’est pas si simple.

Haro sur les dissidents.

Le président de la fédération UMP de Paris est le premier à crier aux loups, mais il a la mémoire courte car lui aussi a été dissident, furieux de ne pas avoir été choisi pour mener une liste aux sénatoriales. Bien sûr, sa dissidence n’a pas duré. Le temps pour lui d’user de sa position et de son influence pour prendre la place des candidats initialement prévus alors remerciés ou rétrogradés.

Un discours que Géraldine Poirault Gauvin rejetait avec virulence en 2007 lorsque je me suis présentée aux élections législatives mais qu’elle reprend sans vergogne à son compte aujourd’hui, alors même qu’elle annonce sa dissidence.

Et aujourd’hui, les dissidences se multiplient. Le constat que j’ai fait en 2007 et qui a justifié ma candidature libre, est maintenant partagé par bon nombre de ceux, qui pourtant alors, soit ne comprenaient pas mon choix, soit le désapprouvaient.

Alors voilà, les menaces d’exclusion reprennent leur place. L’arme de l’UMP pour empêcher ou tenter d’empêcher l’exercice de la démocratie.

Je cite…..« Tous ceux qui s'exprimeront contre les têtes de liste seront considérés comme dissidents. Et exclus du parti."

5èm e, 7ème, 8ème, 14ème , 15ème, 16ème….

Dans la presse j’ai lu que le président de la fédération UMP se réjouirait d’être débarrassé de Lebel et de Tibéri...

Je doute qu’il se soit demandé si les électeurs du XV n’auraient aussi plus vite qu’il ne le croit… les mêmes envies.

Et c’est sans compter le problème que va être la composition des listes… pour être bien placé… rester ou devenir conseiller de Paris.

va aussi se poser le problème d’une alliance au non au premier tour avec l’UDI-MODEM.

On lit que 4 arrondissements leurs seraient réservés. Ce qui signifie déjà que 4 têtes de listes sont d’ores et déjà en danger…

Mais aussi, il convient de s’interroger sur les arrondissements en question : le 2e, le 3e, le 11e et le 13e, tous des arrondissements à gauche.

Je doute fort qu’une alliance puisse se traiter à si bas coût.

Mais on dit que NKM va trancher !!!! Ah oui…

Dominique BAUD

Commentaires

Commission d'investiture = vaste fumisterie !

A plusieurs reprises j'ai dit et écrit à quelques uns de nos dirigeants, passés, présents et à venir ce que je pensais du fonctionnement de cette instance qui plutôt que de désigner des candidats compétents, répondant à un certain nombre de critères primordiaux pour des élus, se contente d'entériner des "arrangements entre amis".

Le fonctionnement de cette commission est d'ailleurs une des raisons qui m'a fait m'abstenir lors du vote des statuts de l'UMP. J'en ai informé Jean-François Copé.

Écrit par : R.S. | 25/11/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire